Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

23 décembre 2005 5 23 /12 /décembre /2005 09:16
Le 26ème jour : Jeudi 11 Mai – Hornillos del Camino /Castrojeriz (20 km)
 
La pluie s’est arrêtée et nous partons à trois ce matin. Isabelle, Béa et moi. Nous sortons du village en prenant l’unique rue étroite qui nous conduit à travers champs… Très vite Isabelle prend les devants. Nous la perdons de vue rapidement. Le chemin grimpe vers un plateau qui domine la meseta. Il fait encore un peu frais mais aux abords des vestiges de San Bol le soleil déjà haut réchauffe l’atmosphère… Je me demande si Marco, à qui j’ai dû hier d’avoir un lit au refuge d’Hornillos, s’est arrêté ici pour la nuit. Un tout petit refuge vient d’y être construit, avec une belle cheminée aragonaise. Bien que l’endroit soit désertique tout a reverdi alentour et je regrette de ne plus avoir de pellicule dans mon appareil photo.
 
S’il fait relativement beau ce matin, la pluie de la veille a encore bien détrempé le chemin… très vite je me retrouve avec des bottes de 7 lieues qui pèsent une tonne et avec lesquelles il devient très difficile d’avancer.
 
 
 
Vers midi nous parvenons quand même à Hontanas, magnifique village qui apparaît soudain en contrebas d’une colline, comme une oasis surgit du désert. Il faut être tout près du village pour le voir, les murs de pierre, couleurs de sable, se confondent avec les ocres du chemin et nul arbre ou tâche verdure ne vient interrompre ce camaïeu de beiges…
 
Nous nous arrêtons chez Vitorino alléchées par des odeurs de grillades d’agneau... Le propriétaire des lieux est une figure que l’on n’oublie pas sur le camino. A mi-chemin entre le clown Zavatta et Casimodo… pour l’heure il joue les vedettes en nous faisant la démonstration que l’on peut boire aussi avec son front et son nez… Je ne m’arrête pas à l’aspect peu hygiénique de sa cuisine, je me fis juste à son odeur… le repas sera copieux et réconfortant d’une bonne soupe de garbanzos et de chuletas de cerdo.
 
Mais tout à coup Béa se lève, livide… elle ne se sent pas bien, grelotte. Je l’aide à monter dans une chambre, je lui mets une couverture pour la réchauffer… Dehors un orage brutal a éclaté, fort, mais finalement bref… Je laisse Béa dormir un peu puis je la réveille pour qu’on reprenne la route.Elle se sent mieux, mais ce n’est pas la grande forme. Je l’encourage, sans quoi je crois qu’elle préfèrerait rester ici, mais je ne sens pas très bien ce Vitorino qui nous annonce être encore « vierge » et très désireux de perdre son pucelage avec une pèlerine… Il est suffisamment pressant pour que Béa préfère en fin de compte repartir avec moi !
 
Dès la sortie du village le paysage change complètement : tout est vert, on se croirait en Irlande. Nous passons près des ruines de l’Eglise San Vicente (XI ème siècle) dans le Valdemoro (la vallée des Maures) dont il ne reste qu’un pan de mur, fiché au garde-à-vous au bord du chemin devenu très étroit. La pluie nous rattrape à nouveau puis se calme, nous voyons partir sous nos pieds des lapins, des perdreaux, puis émerveillées nous suivons le plus silencieusement que nous pouvons un renard qui ne tardera pas à nous repérer mais nous observera à son tour tout en gardant une certaine distance entre nous…
 
Nous passons enfin sous l’Arche grandiose du Convento de San Anton, le Couvent de Saint-Antoine où les moines distribuaient autrefois des repas aux pèlerins. Ce couvent fut confié aux Antonins, chanoines d’obédience française, par Alphonse VI. Leur ordre avait été fondé pour soigner le « feu de Saint-Antoine » (érysipèle), les malades au Xème siècle venaient ici chercher la guérison… Les moines ont disparu, mais l’arche imposante surplombe toujours le chemin qui conduit à Castrojeriz dont on aperçoit déjà les premières maisons.
 
La vue sur cette petite ville qui fut un haut lieu du pèlerinage vers Compostelle est à couper le souffle. C’est fantastique, merveilleux… mais le ciel est très noir et le vent fait claquer nos ponchos et le linge que nous avons mis à sécher sur nos sacs à dos. L’arrivée jusqu’à l’Albergue nous semble interminable et la pluie nous rattrape à nouveau…
 
Nous arrivons assez tard, à la nuit tombée, mais il y a cependant un lit pour nous, enfin… un matelas par terre et de plus une grand surprise m’attend : je suis accueillie avec un grand sourire par Alain, le mari de Dominique, une amie des Landes. Hospitalier à Castrojeriz pour quelques semaines, il m’annonce que sa femme est sur le chemin à deux jours derrière moi.
 
Mon pied droit me fait toujours très mal et j’ai peur que cela ne s’infecte, Alain me dit que le médecin de permanence vient demain matin. Je lui montre mon pied… aussitôt il décide de m’emmener au Centre Hospitalier de Fromista à 25 km de là. On « récure » la plaie, on la désinfecte mais le médecin, une femme très douce, décide de ne pas ouvrir, ce qui m’obligerait à m’arrêter. Elle me dit de laisser la plaie sécher à l’air, de désinfecter régulièrement et surtout de ne pas mettre de pommade qui ramollit les chairs et les rend plus fragiles au frottement des chaussures. Elle me conseille d’éviter de marcher au moins une journée. Soins gratuits. Alain me ramène à l’Auberge, je rejoins les trois filles qui m’attendent au bar Oliva. Elles ont terminé leur repas mais ont hâte de savoir si demain je reprends le chemin… A vrai dire, je n’en sais rien encore !

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires

jean paul 20/02/2017 06:35

Bonjour. Le texte a changé... J'aimais l'expression du désarroi de la marcheuse, avant qu'elle découvre Hontanas niché dans un creux. Il a changé en plusieurs autres endroits.Il était un peu plus brut, et j'aimais ça. En 2007, j'ai lu et relu l'histoire de votre cheminement, je m'en suis bercé... et un mois après, j'ai pris ce chemin.

Martine, la Pèlerine 20/02/2017 10:43

Intriguée par votre remarque sur le fait que certaines parties du récit avaient changé, je me demande si votre souvenir ne faisait pas référence à cette page....http://martine.reau-gensollen.over-blog.com/article-1777468.html

Martine, la Pèlerine 20/02/2017 10:34

bonjour, merci d'avoir lu et d'avoir aimé... Je ne comprends pas, je n'ai rien changé sur mon récit, mais ayant un peu abandonné mon blog ces derniers mois peut-être over-blog a-t-il tronqué certains de mes articles comme il a chamboulé aussi ma présentation.... Heureuse que ce récit vous ait mené sur le chemin. Merci