Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 12:48

Le "Cocido Maragato" est un plat vraiment typique et unique dont vous entendrez forcément parler sur le chemin vers Compostelle, surtout lorsque vous entrerez, entre Castille et Léon, dans la région de la Maragateria dont Astorga est la capitale.

 

cocido-maragato.jpg

 

 

Ce plat est l’une des préparations traditionnelles les plus originales que j’aie été amenée à déguster sur le chemin et si, en passant à Astorga, j’ai eu beaucoup de mal à trouver un restaurant qui la proposait (c’était un dimanche et presque tous les restaurants étaient fermés),  je n’ai pas regretté le temps passé à ma recherche, le dîner fut SUBLIME.

La particularité de ce plat, qui ressemble un peu à notre Pot-au-feu national, est d’abord d’être consommé en commençant par les viandes  (bœuf, porc, veau et volaille) au nombre de 7 (chorizo, lard, poule, patte, oreille et museau de porc, jarret, épaule et farce), puis en poursuivant par les légumes, choux et pois chiches, et en terminant curieusement : par le bouillon ! Seule entorse à cette dégustation tête bêche, on finit son repas par un dessert : une crème renversée ou un flan aux bons œufs frais.

Même s'il existe plusieurs versions concernant l'origine de ce plat de viandes et cette manière si particulière de le déguster, n'importe laquelle suffirait à expliquer l'extraordinaire popularité que ce plat a su conquérir.

La version la moins crédible assure que l'origine a pu venir des troupes françaises  de Napoléon qui durant la Guerra de la Independencia s'installèrent autour d'Astorga. La crainte d'une attaque obligeait les soldats à manger d'abord la viande, le meilleur morceau du plat,  et à laisser pour la fin les légumes  et la soupe. La légende dit que le prolongement de la bataille leur permit tout de même d’arriver jusqu’au bouillon !

 Une autre version assure que cet usage inversé fut mis à la mode par les muletiers qui mangeaient en route dans une marmite de terre cuite, mais cette coutume semble plutôt répondre à une logique de cultivateur prenant ses repas dans les champs : si l’on commence par le bouillon, la chaleur s’échappe de la marmite et les viandes refroidissent. Il fallait donc commencer par les viandes, puis les légumes et l’on terminait par ce délicieux bouillon aux vermicelles qui concentre la saveur de tous les ingrédients.

La version la plus plausible est celle décrite dans une scène de moeurs de laboureurs et de pasteurs qui raconte comment de retour à la maison, affamés par une journée de travail, ils soulevaient le couvercle de la marmite pour obtenir une ration du cocido. La viande était juteuse et apaisait la faim accumulée. Bien repus, les paysans finissaient calmement leur repas par les légumes... et le bouillon permettait au final d’assimiler la richesse de ce met si réconfortant. En effet, ce pot-au-feu constituait l’alimentation traditionnelle des paysans de la Comarca de Maragateria, qui ne prenaient qu’un seul repas durant leur dure journée de labeur. Aujourd’hui c’est avant tout un repas de fête, souvent proposé pour les noces ou les fêtes familiales. On le cuisine de manière artisanale, avec beaucoup de soin et de tendresse, avant de le manger « à l’envers » comme l’exige la tradition.

 

Et pour bien accompagner ce plat magnifique… un bierzo fera merveille !

Alors, si vous partez sur le Chemin, n'oubliez pas de faire, à Astorga, la halte gastronomique qui s'y impose !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires

jean 18/04/2010 11:31



Je ne connais pas ce plat , mais j'aime votre photo .


Cette harmonie de couleurs me plait beaucoup .



Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 24/04/2010 01:01


Lorsqu'une photo est de moi,je la signe (martine r.g.). Celle-ci est très jolie en effet, mais elle n'est pas de moi (même si je l'ai un peu mise en beauté par quelques retouches subtiles...) Je
n'en connais pas l'auteur, mais s'il passe un jour par là je pourrais lui en rendre la paternité et ajouter son nom au bas de la photo. L'harmonie des couleurs est en effet très agréable, je crois
bien que c'est la raison pour laquelle j'ai voulu qu'elle illustre mon article. Merci Jean de votre passage et de votre commentaire...


Colombus 08/04/2010 08:41



Ne pas oublier le chorizo et le fromage de Burgos pour casser la croûte en chemin.



Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 14/04/2010 11:16



... hummm, après un cocido magarato, je crois bien qu'on peut  se passer du casse-croûte pendant deux jours !!!



Alain MARC 07/04/2010 18:23



Très intéressants tes derniers articles Martine je me régale !


Grosses bises,


Alain MARC



Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 14/04/2010 11:18



bonjour Alain... moi c'est de peinture que je voudrais bien me régaler en ce moment, mais avec la construction de la maison, je n'ai pas une minute à moi
pour sortir les pinceaux !!! Vivement Octobre et la pause Viet-Nam ! Bises



honorius 07/04/2010 16:58



pour ma part, pas de souci je me mettrais bien a table... Bonne fin de semaine et gros bisous du vieux sorcier 



Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 14/04/2010 11:19



Ta remarque ne m'étonne pas Honorius ! Je suis sûre que tu es un "bon vivant" ! bisous à toi



Valentine :0056: 01/04/2010 17:16



Ouh ! Là ! Ne pas solliciter mon estomac maintenant ! Je sors d'un restaurant gastronomique et je t'assure que cela valait bien ce que tu proposes...Le fait
est que je n'y comprends pas grand chose et que de toute évidence le seul moyen de s'y retrouver est d'y aller et de goûter. Et le "bierzo", c'est quoi ???



Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 14/04/2010 11:21



En effet Martine, le mieux c'est d'y goûter... et c'est un régal ! Le bierzo ? et bien c'est le vin du pays... et il est lui aussi délicieux
!