Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 14:21
Le 43ème jour : Dimanche 28 Mai Hospital da Condesa/Triacastela (16,5 km)
 
 
 
 
 
Lorsque je quitte le refuge il est 8 h 30, tous les autres sont partis de bonne heure, Sophie aussi, avant même que je me réveille, elle a glissé un petit mot dans mon sac et son adresse… Le gîte est toujours aussi froid et je n’ai rien pour déjeuner… Je m’enfuis presque sur le chemin pour pouvoir me réchauffer un peu. Mais il pleut, encore, à verse, une pluie glacée qui pénètre ma veste… qui dégouline tout autour de mon chapeau de cuir et le long de mon dos… Très vite j’ai un litre d’eau dans chaque chaussure et ça me rend la marche difficile. Le sol aussi est glissant. Je ne vois personne sur le chemin… Par moment je surplombe la route et, entre deux nappes de brouillard mouillé je vois que quelques pèlerins ont préféré le goudron…
 
L’horizon est complètement bouché. Je ne vois pas grand chose et pourtant je me rends compte que le paysage doit être exceptionnel par beau temps. J’entends des pas derrière moi, bientôt un pèlerin me double, je le salue, il ne me répond pas mais m’envoie une belle bouffée de fumée. Parce qu’il fume en marchant… la cigarette pendant au coin de la bouche, il me bouscule presque et continue comme s’il ne me voyait pas. C’est un géant… enfin, il est très grand, très gros, très lourd et il sent très mauvais… C’est peut-être bien un ours… égaré dans la montagne ! Sa fumée de cigarette me flotte longtemps dans les narines et me soulève le coeur. Je n’ai encore rien mangé ce matin et cette odeur me donne la nausée… Il a une drôle d’allure ce pèlerin bizarre. Lunettes et moustaches comme s’il voulait se cacher, le sac de guingois sur le dos et l’allure mal assurée comme si c’était sa première randonnée… Ca me fait penser à ce qu’on raconte sur le chemin… que certains profitent de sa relative liberté et des grands tronçons désertiques pour s’y cacher ou s’y rencontrer… On parle de l’E.T.A… On parle de trafics auxquels le chemin servirait malgré lui… On dit beaucoup de choses…
 
Le chemin étroit descend à flanc de colline au milieu de pâturages, de vergers, de potagers... J’ai l’impression d’être de retour en France, quelque part dans le Pays Basque. C’est aussi vert, aussi vallonné et aujourd’hui aussi mouillé…
 
Après plus de deux heures de route j’entre dans le petit village de Padornelo puis quelques centaines de mètres plus loin, à l’Alto do Poïo, je trouve un refuge privé et un bar où j’entre prendre un grand café. L’espagnol un peu bizarre qui m’a doublée sur le chemin est déjà là. Silencieux et taciturne il ne me voit toujours pas. Puis rentre un Français, Alsacien de Strasbourg, nous échangeons quelques mots, je bois un deuxième café mais n’arrive pas à me réchauffer. Dehors il pleut toujours… et il y a beaucoup de vent. Je repars sans conviction dans le grand vent et j’ai vraiment très froid.
 
J’ai déjà parcouru 10 km lorsque j’entre à Biduedo. Je m’arrête à nouveau dans un petit bar au bord d’une rue cimentée, pour manger une portion d’omelette espagnole, un peu de chaud dans tout ce froid… mais je ne reste qu’une demi-heure et je repars… toujours sous la pluie. Lorsque je passe sous les lignes à haute tension (il y en a plein tout au long de cette étape) j’entends ronronner les câbles électriques et grésiller la pluie qui tombe et une peur irraisonnée me fait imaginer qu’un câble pourrait lâcher au moment où je passe dessous. Dans le film « Tandem » qui réunissait Jean Rochefort et Gérard Jugnot, le premier avait une angoisse récurente lorsqu’ils roulaient sur autoroute, celle de voir tomber un vélo d’une passerelle… Et puis une nuit… un vélo tombe mais Rochefort dort et ne s’en rend pas compte.. Si ça se trouve un câble est tombé après mon passage !… Je meuble comme je peux cette étape solitaire et silencieuse, si différente de celle ensoleillée d’hier. Je me refuse à penser à des choses trop graves, ou trop sérieuses, j’ai en toile de fond la proximité du terme de mon voyage… Ca m’angoisse. Je n’ai pas envie de penser que cette marche a une fin et que cette fin approche.
 
La pluie a détrempé la terre grasse de ce pays de Gals, et elle colle aux chaussures, je patauge dans la boue, dans les flaques d’eau et glisse dans les bouses de vaches… Je quitte les monts du Cebreiro pour entrer dans la petite vallée de l’Ouribio et quand j’arrive à Triacastela, la ville des trois chateaux, il pleut toujours.
 
C’est ce qui me décide à faire halte ici et à ne pas poursuivre jusqu’au Monastère de Samos où j’avais espéré arriver mais qui est encore à 10 km de là.
 
Le refuge de la Xunta de Galice est très vaste et installé dans un parc. Les bâtiments, fonctionnels et anonymes, immenses dortoirs, douches chaudes, laverie pour le linge me paraissent gris et tristes. Ce confort est pourtant bienvenu bien que l’endroit ne me semble pas vraiment accueillant, je veux dire, pas vraiment chaleureux.
 
La chaleur, je finis par la trouver au restaurant qui fait face au refuge. Il faut commander son repas du soir. Puis, l’heure n’étant pas encore venue (on dîne tard en Espagne !) j’en profite pour laver tout mon linge et le mettre à sécher… Je prends une douche chaude, merveilleuse, me fais un shampoing, me sèche les cheveux… comme c’est étrange de retrouver des gestes de confort souvent oubliés sur le chemin… Mes cheveux, coupés court à Saint-Jean-Pied-de-Port, vivent très bien cette liberté en plein vent, sous le soleil et sous la pluie. Ils sont devenus blonds comme les blés à force de soleil et frisent comme le manteau d’un mouton. Hirsute mais propre comme un sou neuf je repars au restaurant pour dîner. Le patron à installé mon couvert à une table pour deux personnes et me demande si cela me gêne de la partager avec un autre pèlerin. J’accepte bien sûr et me retrouve face à l’Alsacien aperçu rapidement ce matin à l’Alto do Poïo… Il s’appelle Joël… nous parlons beaucoup… entre temps le restaurant s’est rempli mais il y a peu de pèlerins. Le village vit sa propre vie, avec, mais pas exclusivement pour le chemin. Beaucoup d’hommes dans le bar… le verbe haut, le rire fort, l’accent qui roule comme les galets d’un torrent. La fumée embrume l’atmosphère, mais je me sens bien… et mon vis-à-vis est quelqu’un d’intéressant. Il élève des chevaux en Alsace et vit à la campagne comme un homme des bois me dit-il ! Joël est jovial, son regard sourit toujours, ses pommettes rouges l’étiquette comme un « bon vivant »… et pourtant Joël, comme les autres, porte son fardeau sur le chemin. Le courant passe bien entre nous, les heures filent sans que nous nous en rendions compte et rendent à cette journée sans soleil la chaleur humaine qui lui faisait défaut pour la rendre, comme les autres, mémorable…

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires

isis 24/02/2006 09:29

brrrr !! ça me fait froid dans le dos !! vivement que le soleil revienne !!bonne journée !! es tu déjà dans ce pays où il fait 35 ° ??? j'imagine même pas !!

honorius 23/02/2006 23:02

je te fais juste un petit bisous, je reviendrais pour lire, car 3 heures pour mettre mon article en ligne ce soir... et la partie de rame sur OB !!! DODO

Jean François 23/02/2006 20:16

N'est-ce pas ce qu'on appelle un temps de....pardon, un temps pourri ?  L'impression qu'après la tension d'hier sur les com, toute cette eau lave, lave... et fait du bien. Cette journée est donc la bienvenue. Bien joué, Martine !Quand même, ne prends pas trop froid  !  Bises J F

valentine 23/02/2006 17:54

Oui, c'est décourageant de marcher sous une telle pluie, surtout si on est seul et si on a la déception de ne pouvoir admirer le paysage... Cependant tu nous offres quelques jolies photos qui donnent une idée du temps, et des lieux : on m'avait dit que la Galice ressemblait à la Bretagne ; c'est chouette de pouvoir s'en rendre compte - notamment au niveau des précipitations !

Martine Réau-Gensollen 23/02/2006 20:24

Un peu triste oui, mais pas vraiment décourageant... j'ai pris cette étape comme une parenthèse entre des moments forts et le plaisir de la découverte de l'autre versant du Cebreiro. Triste à cause de la pluie et de la solitude, mais tu as vu, il y a eu des trouées dans tout ce brouillard mouillé et j'ai pu prendre quelques photos. Oui ça ressemble à la Bretagne et aussi au Pays Basque... C'est vraiment un pays celtique, et puis on n'y parle plus l'espagnol mais le galicien, plus proche du portugais... Mais, beau, très beau pays, tu vas le voir dans les étapes suivantes où le soleil sera de retour ! bises, Martine

Aimelasorc 23/02/2006 17:37

Une étape sous la pluie  bien difficile.J'espère que tu n'as pas retrouvé l'homme à la cigarette, il me fait froid dans le dos celui là. Bises

Martine Réau-Gensollen 23/02/2006 19:09

Non, je ne l'ai plus revu... il n'était pas à l'étape de Triacastela, ni à celle de Sarria... pfffff disparu dans la nature ! bises, Martine