Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

29 octobre 2005 6 29 /10 /octobre /2005 20:31

Le 19ème jour : Jeudi 4 Mai VIANA/LOGRONO/NAVARRETE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l’expérience des grandes villes et donc des grands refuges, se renforce l’idée que j’ai tout intérêt à éviter les unes et les autres ! Je prévois de faire halte dorénavant dans les petits refuges, quite à faire des étapes plus courtes… mais tout me semble préférable, même une nuit à la belle étoile, à ces grands rassemblements bruyants et dérangeants… J’ai pris goût à la solitude.

Le départ de Viana se fait encore une fois sous la pluie qui ne s’arrêtera qu’à l’entrée de Logrono.

Je quitte la Navarre pour entrer dans la Rioja, pays de vignes mais aussi de marais et de terres lagunaires baignées par l’Ebro.

C’est Félisa, brave mémé qui arrête les pèlerins pour en faire le décompte, qui m’obligera à ma première halte de la matinée. La maison de Félisa est située sur le bord du chemin, et dès les premières heures du jours Félisa est à son poste, prête à établir les comptes de la journée, elle est devenue une figure emblématique du chemin.

 Elle possède son propre « sello » (prononcer : « sélio ») ou « cuno » (prononcer « counio ») c’est à dire le timbre que l’on appose sur les « credentiales » pour justifier du passage à un endroit donné. Sur le sien figurent trois mots et leurs légendes... "des figues, de l'eau et de l'amour".  

Elle me demande de signer son livre d’or, elle m’appelle « hija » (« ma fille ») et me demande de faire une prière pour elle à Compostelle. Je lui en fait la promesse et j’accepte avec gratitude les figues sèches de son figuier. Je lui laisse une obole pour toutes ses gentillesses… Elle me serre fort dans ses bras, je l’embrasse et elle me dit : « va ma fille, va ! ».

La pluie s’arrête, j’en profite pour quitter le poncho. La traversée de Logrono est éprouvante. Je déteste la traversée des grandes villes. Je marche près de 2 heures à travers rues et ruelles tristes et sombres, je traverse des faubourgs hideux et sans poésie avant d’arriver sur les boulevards extérieurs, mais la ville est en travaux, je me retrouve au milieu d’un immense chantier où évoluent d’énormes engins. C’est le chauffeur d’un bulldozer qui me voyant perdue au milieu des ornières boueuses descendra de son mastodonte pour me montrer le chemin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’emprunte un passage souterrain qui passe sous l’autoroute. Tous les murs sont taggués, mais ces taches de couleurs dans la grisaille mettent de la gaieté dans l’air. Je rentre dans le Domaine de La Grajera, aménagé en Centre touristique autour d’un magnifique plan d’eau. A cette époque de l’année l’endroit est désert, seulement fréquenté par quelques « joggueurs ». Je décide d’y faire ma pause casse-croûte : un bout de chorizo, la « guajada » achetée la veille et un gâteau sec aux amandes… Cette halte est salutaire car je viens de faire 15 km depuis mon départ de Viana et j’accuse un peu de fatigue…

 

 

La montée dans les champs de vignes est bien raide et depuis quelques heures le vent souffle fort. Je longe sur 3 bons km l’autoroute dont je suis séparée par un grillage avant de pénétrer dans Navarrete par une rue pavée dont les maisons restaurées paraissent très anciennes.

On m’indique l’Albergue dans un immeuble vétuste en cours de restauration. L’endroit est magnifique. L’intérieur, refait à neuf augure d’une agréable nuit. Le « dortoir » est immense et toutes les couches sont occupées. C’est un peu la tour de Babel, j’entends parler anglais, allemand, espagnol, italien, portugais (brésilien) et assez peu le français. Il s’instaure entre tous une manière d’échanger et de communiquer qui tourne souvent autour des petits et grands maux du chemin : ampoules, mal aux pieds, mal aux jambes, mal au dos… petits et gros bobos, mais aussi parfois la communication se fait plus profonde par un mot ou un regard, un geste, une attention… nous savons appartenir à une même communauté.

La douche, comme chaque jour, remet les compteurs à zéro. J'ai marché pendant 22 km aujourd'hui... Malgré la fatigue je me sens en pleine forme. Je pars visiter un peu la ville, je tente de joindre les miens au téléphone sans succès. Le moral baisse d’un coup… Est-ce la déception de n’avoir pu joindre personne au téléphone, je me couche sans dîner et sombre aussitôt dans un sommeil profond.

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires