Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 22:53

 

 

Azaan et la Dame du Lac Kivu  (conte contemporain)

le lac Kivu


Accroupi au bord du lac, patiemment, Azaan vérifie chaque maille du filet circulaire. De temps en temps il reprend quelques brins de chanvre et ravaude là où l'espace trop grand laisserait passer le poisson prisonnier.

Hier la pêche n'a pas été bonne, serait-ce un mauvais présage ? Pourtant il a lancé d'un geste ample et sans relâche son "épervier" bien lesté. Le fond était peu profond à l'endroit qu'il avait choisi, les eaux étaient claires, mais il n'a pas eu la chance de voir se piéger quelque banc de "makolis" ou de "songas" dont il aurait pu échanger la moitié contre une poignée de "kories". Il a à peine sorti du filet une dizaine de "ndakalas" sans goût tout juste bons à améliorer la soupe du soir.

Azaan espère avoir plus de chance aujourd'hui. Pourtant une sourde inquiétude le pénètre. Il relève son front soucieux et son regard se porte sur les flancs du Virunga, là-bas, au loin. De gros blocs nuageux semblent converger vers le cratère où une brume malsaine encapuchonne déjà le sommet. Azaan arrête un instant son ravaudage minutieux, il observe quelques minutes les eaux du Lac Kivu, il hume le vent et s'emplit les poumons d'un air au fond duquel il retrouve une âcreté qui le ramène à une douloureuse période de son enfance.

Hier, juste avant la nuit, alors que les crapauds-buffles entamaient leur litanie, il s'était assis sous le badamier devant la case de l'ancien. Abdu était venu le rejoindre. Ils étaient restés silencieux jusqu'à ce que l'ombre pose son manteau sur le village et engloutisse toute silhouette... et puis Azaan avait parlé... longtemps... et puis Abdu était resté silencieux... longtemps. Seul le pit-pit des chauves-souris traversait le silence rythmé par les crapauds. La nuit était douce et l'ancêtre avait soudain lâché trois mots :

- "Elle" est revenue...

Azaan s'était demandé s'il s'agissait d'une question. L'ancien n'avait pas l'air d'attendre une réponse. Dans le doute Azaan avait repris :

- je descendrai demain au lac et je lancerai à nouveau mon filet près de son rocher...

L'ancêtre, malgré toute la sagesse contenue dans son âme avait tout à coup frissonné...

- tu es courageux, avait-il dit, les saisons n'ont pas démenti la fougue pleine de promesses de ton jeune âge. Moins de dix saisons des pluies s'étaient écoulées depuis ta naissance lorsqu'elle est venue poser sa main mortelle sur nos têtes... Tu étais bien jeune, et pourtant toi seul t'étais inquiété du danger qu'elle représentait pour le village.

Perdus dans leurs sinistres pensées, Azaan et Abdu s'étaient tus... puis, sans un mot de plus, chacun avait rejoint l'intimité de sa case. Et la nuit était venue envelopper Azaan de rêves étranges et bleus.

Ce matin Azaan s'est levé tôt, il veut lancer son "épervier" assez longtemps pour réunir une belle pêche, la rapporter au village puis utiliser le reste de son temps pour traverser le lac afin d'atteindre l'autre rive avant que le soleil ne plonge derrière les montagnes.

Le filet ravaudé, Azaan est prêt pour la pêche. Il pousse sa pirogue dans laquelle il saute avec agilité tout en plongeant sa pagaie dans les eaux claires. Il ne s'éloigne du bord que de quelques dizaines de mètres. Consciencieusement, Azaan lance son épervier en arrondissant les bras, comme un semeur qui n'attendrait pas la saison suivante pour cueillir sa moisson il plonge et ramène, une fois, dix fois, son filet... Finalement la pêche est à peine meilleure que la veille. Quelques "kikulikulis" à la chair délicate et deux beaux "mankonkos" lui laissent espérer quelque profit négociable.

Mais Azaan ne pense déjà plus à sa pêche. Il rapporte les poissons luisants au village, les confie à Fatou qui accepte de les lui préparer en échange du plus beau "mankonko" et qui se charge en outre de troquer pour lui les plus belles pièces. Pressé de repartir, Azaan ne prend même pas le temps de "négocier". Fatou, qui est âpre en affaires et a la langue bien pendue s'en trouve toute déconfite et peut-être même un peu déçue...

De retour au bord du lac, Azaan lance sa pirogue et commence à pagayer avec vigueur. Les ombres sont encore visibles, la moitié du jour n'est donc pas consommée, il fredonne une sourde mélopée pour maintenir son rythme, le bateau file sans bruit vers l'autre rive. Approchant du centre du lac, Azaan plonge sa main dans l'eau. Un frisson le parcourt : l'eau est chaude. Son inquiétude grandit. Il se lève et plonge son regard dans les eaux du lac à la recherche d'un signe supplémentaire. Toujours debout sur sa pirogue, il avance maintenant lentement tout en scrutant le fond du lac. Son coeur bat plus vite lorsqu'il aperçoit les grands cercles, rouges comme le sang, ceux-là mêmes qu'il avait découverts lorsqu'il était enfant.

Il repart, plongeant sa pagaie sauvagement dans les eaux devenues chaudes, en direction du Mont Virunga, il veut être sûr, mais il faut faire vite. Si "Elle" est revenue comme il le craint, alors toutes les âmes des villages lacustres sont en danger.

Lorsqu'il arrive enfin à l'autre bout du lac près du grand rocher noir où "Elle" était apparue la première fois, le soleil a fini sa course dans le ciel et s'apprête à disparaître derrière les montagnes. C'est le moment propice, Azaan le sait : "Elle" n'apparaît que lorsque la nuit est tombée. Il dirige sa pirogue vers la mangrove, amarre son bateau aux racines aériennes d'un palétuvier, et attend. La traversée du lac a été éprouvante pour ses bras. Il saisit le filet qui git à ses pieds, s'en couvre les épaules, autant pour lutter contre la fraîcheur de la nuit que pour l'avoir à portée de main. Pour lutter contre l'assoupissement qui le guette, Azaan tente de reconstruire ses souvenirs. C'était il y a si longtemps ! Des images s'imposent à lui, des cris et des odeurs, des couleurs et des pleurs...

Alors que le sommeil, insidieusement, prend possession de lui, Azaan soudain aperçoit une  lueur étrange, elle va et vient à quelques dizaines de mètres de lui, se déplaçant à la surface de l'eau. Il n'y a aucun bruit, comme si la forêt toute proche, la mangrove, la vie aquatique, retenaient leur souffle dans l'attente d'un évènement annoncé. Azaan détache l'embarcation et la dirige doucement vers la lumière bleue tremblante qu'il voit maintenant distinctement. Ses souvenirs se ravivent. Oui, elle est bien revenue, la Dame du Lac Kivu, dans sa longue robe bleue... Elle est revenue pour apporter la mort. De l'endroit où il se trouve, gêné par la végétation, Azaan ne voit que le bas de sa robe qui semble flotter au-dessus du Lac. De la Dame du lac, il ne voit ni le visage ni le corps, mais sa peur lui donne les formes qui conviennent... Il n'a pas de mal à l'imaginer... ses yeux : probablement comme les charbons que l'on attise, sa peau : noire comme la nuit où elle se cache, ses bras : assez longs et solides pour faucher les âmes des bords du Lac, et ses mains : aux ongles recourbés pour arracher les coeurs de ses victimes. Etrangement, plus la pirogue se rapproche, plus la lumière bleue s'éloigne. Et puis il y a aussi cette odeur qui flotte dans l'air, une odeur de pourriture qui vient par vagues frapper les narines d'Azaan et lui donner le tournis.

Il avait fait le projet de lancer son "épervier" et de capturer la Dame du Lac Kivu, mais son filet lui paraît maintenant bien dérisoire. Le danger qu'il pressent lui fait préférer le retour vers le village et dans la nuit maintenant profonde, il repart lentement vers l'autre rive. La route du retour est plus facile, le courant l'emporte naturellement vers le fleuve Ruzizi dans lequel se jette le lac au Sud, il n'a qu'à donner de temps à autre un coup de pagaie pour corriger l'erre du bateau. Alors que le soleil blanchit la nuit, Azaan arrive au village, court vers la case d'Abdu pour lui confirmer ses craintes.

Il faut partir vite, s'éloigner des berges du Lac, informer le village tout entier et les villages alentour. Azaan a peur qu'on ne le croit pas, comme la première fois. Du village de son enfance, seuls Abdu et lui ont survécu, tous les autres, ceux qui riaient, qui se moquaient, qui le traitaient de fou, tous les autres sont morts.
 
Seul l'ancien saura leur dire. Il est sage, ils le savent... ils l'écouteront.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Epilogue

-------------

En 1986, une éruption limnique fit 1700 victimes dans un rayon de 30 km autour du Lac Nyos.

Le Lac Kivu, comme le Lac Nyos (1700 morts en 1986) et le Lac Nonoun (37 morts en 1984), fait partie de ce que l'on appelle "les lacs tueurs d'Afrique". Situés dans une zone volcanique active, ces grands lacs sont des "bombes" à retardement... En effet les fonds sédimentaires ont accumulés des réserves énormes de méthane, dues à la décomposition des sédiments. Ces réservoirs se craquèlent sous l'effet des "frottements" tectoniques dus à l'activité volcanique des sous-sols. Lorsque la croûte cède, une énorme quantité de gaz méthane s'échappe en nuages mortels, tuant les populations lacustres. Actuellement, le danger est imminent, si les poches de méthane ne sont pas rapidement évacuées et stockées en tant qu'énergie utilisable.

Si ces évènements vous intéressent, M'sieur Google saura vous renseigner mieux que moi... Tous les noms cités ici sont exacts... Quant à la robe bleue de la Dame du lac, on appelle ça chez nous des feux follets**, émanations de gaz méthane qui s'enflamme à l'air libre, autrement plus petits et moins dangereux que cette Dame du Lac de Kivu !

** feux follets : Dans les marécages, les herbes pourrissent et se décomposent en produisant des gaz qui peuvent s'enflammer au contact de l'air.
Quand une bulle crève, elle donne une petite flamme dansante qu'on appele un feu follet.

Autrefois dans les cimetières, plus souvent dans les marécages, partout où se décomposent des matières organiques, il y a libération de composés du phosphore, spontanément inflammables.

C'est ce qui explique la naissance brusque de ces petites flammes dansantes et brèves, les feux follets, qui frappèrent de tout temps l'imagination des gens, semblant le fait de forces surnaturelles.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde - dans Fiction - Souvenirs récents - souvenirs d'antan
commenter cet article

commentaires

Pierre Marie 02/04/2008 15:37

Bonjour Martine, j'espère aussi  qu'un jour nous pourrons nous rencontrer,  j'ai pris l'habitude de me rendre au Lavandou chaque année au mois de Mars.....Les chances de nous connaître via le web étaient infimes ....alors qui sait.....Mon départ approche en effet ( c'est pour toi aussi Jean François ) c'est pour le samedi 7 juin, jai mes billets de train et mon crédencial, j'ai reçu le guide jaune de l'association St Jacques de Compostelle de Vézelay et j'ai préparé mes étapes (théoriques) jusque Chateauroux qui sera ma première étape cette année . Je suis impatient.. et heureux de concrétiser ce projet qui me tient à coeur depuis tant d'années ( beaucoup  m'en parlent, beaucoup m'envient aussi ) .Pierre Marie     

Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 03/04/2008 15:26


alors cette année nous serons tous les trois sur le chemin, ... toi, Jean-François, et moi-même...
Ca serait une idée de se retrouver à Santiago ensemble !!!


etienne 30/03/2008 21:25

si d'autres mousquetaires ne l'ont  pas encore fait, je te confirme que tu es la bienvenue, dans ce groupe tout à fait libre et autogéré, il faudra juste envoyer ton oeuvre au reponsable du sujet en cours, et en proposer un quand ce sera ton tour.tu as le droit d'être absente quand tu veux, au bout de 10 tu as un avertissement, et au bout de 10 avertissement on es tous morts

Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 02/04/2008 12:07


Merci pour cet accueil au sein des Mousquetaires... j'ai déjà envoyé mon "oeuvre"... que j'avoue avoir un peu baclée par souci de n'être pas en retard... J'essaierai, même absente, de
produire mon devoir mensuel... je me réjouis d'avoir enfin une raison de me booster un peu... mes pinceaux commençaient à s'ennuyer bigrement (et moi aussi...) Encore merci !


:0010::0011::0004:Danielle:0044: 27/03/2008 16:39

Bonjour ! un ptit coucou ! bonne journée et bon jeudi ! bisous ! Et je vous laisse un autre blog si  ça vous dit ! merci ! http://les-inoubliables.over-blog.net/

Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 02/04/2008 12:09


merci de ton passage, je suis allée visiter ton blog et j'y ai vu de jolies frimousses... tu as de beaux enfants !


Pierre Marie 26/03/2008 19:47

J'espère qu'ils écouteront le sage ( nous les européens nous en serions imcapables le sage c'est la télé alors......)Merci pour ce conte très bien écrit .Martine je suis de retour du Lavandou et j'ai mis modestement mon blog à jourà Bientôt . PM

Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 02/04/2008 12:11


Incroyable Pierre-Marie... tu étais au Lavandou et encore une fois... j'étais au Pradet ! Peut-être arriverons-nous à nous rencontrer un jour ;-))
Je vais aller de ce pas voir tes photos...
Dis-donc, ton départ approche... ressens-tu un peu d'excitation ????


Viviane 24/03/2008 19:04

Superbe conte! superbe...c'est un sacré défi à relever que d erpésenter ainsi un phénomène naturel ô combien méconnu( et au pôle Nord avec la fonte des glaces un jour ou l'autre...)et tu as réussi ce challenge avec émotion, je suis d'accord avec Marc, ce choix des mots, cette transcription d'une culture, tout est parachevé ici... merci de ce bon , très bon moment.

Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 31/03/2008 10:53


merci Viviane, j'avais ce "conte" en tête depuis que j'avais découvert l'actualité des lacs tueurs d'Afrique... encore une chose que l'on tait, qui n'intéresse personne, ou seulement
peut-être certains qui pourraient espérer un profit substantiel dans la récupération de cette énergie mortelle... L'indifférence tue !
bises,