Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 10:17
LE 11ème jour : MERCREDI 26 AVRIL : VISCARET/ZUBIRI

 

 

Cette halte à Viscarret aura été une halte de luxe dans une Casa Rural où nous étions les seules pensionnaires… Mais quelle récupération ! Chris et moi avons dormi d’une traite, de 9h hier soir à 7h30 ce matin.

Après un déjeuner copieux servi par notre hôtesse nous sommes prêtes à reprendre le chemin dès 9 heures, mais nous devons aller faire tamponner nos « credentiales » au café d’en face, dépositaire du « cuno » (prononcer « counio »), le sceau officiel de Viscaret.

Aujourd’hui encore notre épreuve sera courte, mais intense avec un nouveau col à  922 m (Puerto de Arro)

 

Nous partons sous la pluie, le chemin est boueux et difficile surtout du côté de Lintzoaïn où il traverse des strates de pierres glissantes et d’argile…

 

Mais le paysage est époustouflant dès que la brume se disperse…


à la sortie de Lintzoain - photo martine réau-gensollen (tous droits réservés)

 

Voilà 10 jours que je marche et Chris m’a rejointe depuis une semaine… dans trois jours elle repartira. Quand osera-t-elle aborder ce problème qui a pourri notre enfance ? En aurai-je moi-même le courage ?

Christiane et moi sommes parties chacune avec un bagage bien lourd, pas seulement celui qui pèse sur nos épaules… et ces longues tranches de vacuité intellectuelle sont propices à la réflexion nécessaire que ne nous laisse jamais le rythme ordinaire de nos quotidiens.

On pourrait supposer que la journée d’un pèlerin n’est remplie que de cette avance vers Compostelle, la recherche d’un gîte, les haltes frugales ou gastronomiques au hasard des étapes… Peut-on imaginer tout au long de ces kilomètres le ruban de pensées qui se déroule et suit les méandres du chemin ? C’est peut-être là, c’est sûrement là que réside le principal attrait de ce parcours solitaire… car on est bien seul plongé dans ses pensées . Quelques lignes résumant ces journées passées à marcher ne peuvent prétendre donner la mesure du chemin que l’on parcours aussi dans sa tête…

Eclaircies et pluies vont alterner jusqu’à l’arrivée à Zubiri où nous avons choisi de poser nos sacs ce soir. Nous nous suivons  car le chemin est devenu trop étroit pour marcher côte à côte et quand l’effort est intense il est difficile d’entretenir une conversation. Nous resterons donc, encore une fois aujourd’hui, silencieuses, nous extasiant seulement sur toutes les beautés que nous croisons au passage.

maison navaraise entre Viscaret et Zubiri
photo martine réau-gensollen (tous droits réservés)

L’arrivée à Zubiri par le petit pont médiéval, la halte chez l’épicier du coin (qui me prend pour une « catalane » ??) et l’accueil au refuge, nous réconcilient avec nos pieds. Nous casse-croûtons à l’Ayuntamiento sur une table en ciment. Le refuge est totalement vide car tous les pèlerins qui nous ont doublées ont continué leur chemin jusqu’à Larrasoana… Mais bientôt les suivants arrivent par groupes : Italiens, Américains, Australiens, Danois, Hollandais… nous sommes les seules Françaises.

A 20 heures le refuge est  surpeuplé et on installe encore des matelas parterre…

Nous partons dîner dans un hostal à 800 m du centre, genre routier. Je fais découvrir à ma sœur une spécialité du Pays Basque : le merlu « Koskera » arrosé d’un superbe Navarra qui ajouté à la fatigue de la journée nous plongera rapidement dans les bras de Morphée…

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires

luc.bartramie 14/06/2008 20:51

Le parcours que l'on fait dans sa tête: oui, voilà bien ce qui compte, dans une vie autant que dans un pélerinage ou une marche.Les musiciens entendent beaucoup de musique mentalement, celle qu'ils connaissent par coeur, ou encore celle qu'ils ont envie d'écrire sur du papier à musique, afin de la faire exister.Chacun de nous a en lui un chant intérieur qui se déroule sans cesse: dans notre monde de bruit, de publicité, quel chant intérieur peuvent avoir nos enfants?

Martine, Pèlerine et Citoyenne du Monde 26/06/2008 10:14


C'est une remarque très juste Luc... J'ai le regret de tous ces tableaux que j'ai peints dans ma tête sans avoir le temps de les projeter sur la toile... De
tous ces écrits qui déroulent leurs rubans échevelés au cours de mes jours et de mes nuits... et dont je perds le fil avant de les avoir couchés sur le papier... Mais c'était peut-être leur
destinée...
Merci de cette fidélité à me lire