Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

6 septembre 2005 2 06 /09 /septembre /2005 02:41

J'ai eu l'honneur d'être interviewée, il y a déjà quelques temps,  pour initier le démarrage d'un site qui se qualifie lui même de "magazine de l'insolite...". J'ai trouvé le webmaster et intervieweur très sympathique et ses questions très pertinentes... J'y ai répondu avec sincérité... et je vous livre ici, les questions... et les réponses.

 

Martine Réau-Gensollen, bonjour,

Lorsqu'on parcourt votre site personnel
on est frappé par la richesse des univers artistiques avec lesquels vous avez des affinités :

- univers de la photographie,au travers des souvenirs de vos périples en Angola, aux Emirats Arabes Unis, en Libye, Jordanie

- univers de l'écriture, dans lequel vous déployez vos talents de conteuse dans des fictions, et de narratrice dans vos carnets de voyage ...

- univers de la peinture, enfin, avec des aquarelles qui captent la lumière en quelques traits et cherchent à "restituer" les plaisirs qu'offrent aux sens les lieux visités .... 


- E.Y. : Vous avez créé votre blog à l'issue d'un voyage "initiatique" que vous avez mené seule, de Montfort en Chalosse jusqu'à Saint Jacques de Compostelle, en Espagne. Voyez-vous le monde différemment depuis ?

- M.R.G. : oui, enfin disons que je le vois mieux... mon regard est moins pollué par des notions subjectives de confort... au sens propre comme au sens figuré... je vois sans doute mieux ce qui est essentiel... et je m'oblige à prendre le temps... de regarder... pour mieux comprendre. 


- E.Y. : Ainsi qu'on peut le découvrir dans votre texte, "Le Chemin des étoiles", ce voyage vous a marquée. Est-ce que ce texte était une façon de revivre intensément les moments forts de votre
périple, ou plus simplement un hommage à la beauté des lieux que vous avez eu l'occasion de découvrir ?

- M.R.G. : Les lieux sont chargés de tout ce qui fait leur atmosphère... en les traversant je me suis imprégnée de leur essence et j'ai tout emporté avec moi. Je pioche dans ma mémoire comme je déballerais un sac à dos... et je retrouve intact chaque instant de ce parcours que j'ai vécu intensément... L'écrire c'était aussi en fixer les images, comme un puzzle, au cas où, un jour... ma mémoire me ferait défaut. Quant à la beauté des lieux : inciter chacun à entreprendre ce périple est la meilleure façon de lui rendre hommage...

- E.Y. : Dans ce texte, vous prêtez votre voix aux animaux et aux élements. Est- ce que vos voyages ont contribué à vous donner une vision animiste du monde ?

- M.R.G. : C'est étrange ce que vous me dites là... J'ai vécu plusieurs années en Afrique, notamment au Nigéria. Et je me suis rendue souvent à Oshogbo, épicentre du Yurubaland, dont on dit qu'il est le berceau de la religion animiste Yuruba... Aurais-je été, sans m'en rendre compte, influencée par le culte aux Dieux de la Nature ? ou bien cela fait-il partie de nous, occidentaux, et avons-nous oublié ce qui réglait la vie de nos ancêtres gaulois, celtes ou gaéliques ?... Peut-être l'opportunité de cette grande plage de solitude sur le chemin m'a-t-elle rapprochée naturellement de nos origines et m'a-t-elle aussi rendue plus apte à sentir, ressentir... de façon plus "primitive" ?... 



- E.Y. : Qu'est-ce qui vous a le plus frappé au cours de ces mêmes voyages ?

- M.R.G. : ... que ce n'est pas la couleur de la peau qui fait la différence ! ... ce n'est pas non plus la langue, ni même la religion... nous sommes tellement tous semblables.... et au milieu du désert la notion la plus importante devient, à l'évidence, celle de la vie et de la solidarité... rien d'autre ne compte plus, dans la difficulté, que la survie de l'autre, pour la survie de tous.


- E.Y. : Depuis quand peignez-vous ?

- M.R.G. : ... enfant j'avais toujours un papier et un crayon à la main. Mais je n'ai commencé à prendre des cours de dessin que depuis une dizaine d'année et de façon très épisodique... J'ai découvert l'aquarelle il y a huit ans mais hélas je n'y travaille pas suffisamment pour obtenir les résultats que j'attends de mes pinceaux... ils ont leur vie propre... ils font un peu ce qu'ils veulent, pas toujours ce que je souhaite...



- E.Y. : Quels courants picturaux vous ont le plus influencé au cours de votre carrière ?

- M.R.G. : Je ne sais pas si une quelconque influence transparaît dans mes tableaux... je les trouve assez inégaux... Je crois bien modestement que je cherche encore mon style ! Mais j'aime passionément quelques peintres dont j'ai parfois copié les toiles, qui ne m'ont pas forcément "influencée" mais qui m'ont donné l'amour de l'Art et l'envie de m'exprimer par la peinture : Dali pour son génie, Gauguin pour ses couleurs, Magritte pour son imaginaire, Van Gogh pour sa fragilité et sa folie...



- E.Y. : Dans les textes qui accompagnent vos aquarelles, vous dîtes que vous hésitez à peindre l'instant présent dans sa globalité :
" je m'arrête quelques minutes pour croquer une bicoque, une maison qui m'inspire, un arbre, un détail... et souvent je ne termine pas le croquis... d'ailleurs je me demande si c'est nécessaire de terminer un croquis lorsque l'esprit, l'essence, est déjà contenu(e) dans les quelques traits qu'il a suffit de tracer pour que, deux jours ou sept ans plus tard, en le regardant on retrouve à nouveau l'émotion qui l'avait suscité, on en ressent même quelques fois ce qui en faisait 'l'ambiance' "

N'est-ce pas une façon de chercher à saisir le temps dans toute sa continuité - passé (ex : avec le Château de Morlanne, les arbres ....) , présent, futur - et ainsi d'échapper à l'instant présent ? Etes-vous une artiste intemporelle ?

- M.R.G. : C'est parce que vous me posez la question que je me la pose à mon tour... et je réponds oui, si l'intemporalité signifie rendre le temps suffisamment "élastique" pour qu'il n'y ait plus ni début ni fin ! mais pas pour échapper au présent... plutôt pour en vivre chaque seconde, n'en perdre aucune miette... étirer le présent à l'infini. 


- E.Y. : Si vous deviez peindre le monde dans sa globalité, quels en sont les aspects que vous feriez davantage ressortir ?

- M.R.G : Si j'avais un pinceau magique je peindrais l'invisible... ce qui ne se voit pas mais qui est essentiel... ce que l'on cache par modestie, par vice ou par peur... Ou bien je peindrais ce que, à force de voir on ne voit plus...


- E.Y. : Que peut-on vous souhaiter pour la grande voyageuse que vous êtes, et sur le plan artistique ?

- M.R.G. : ... N'ignorer aucun chemin.... et trouver ma voie ?!


Martine Réau-Gensollen, merci.

Interview du 10/08/2005

E.Y

 

La bannière de ce site a notamment été composée à partir de l'une de mes photos. Je remercie Emmanuel Yves, le concepteur du site, pour m'avoir, à travers ses questions, donné l'occasion d'exprimer des choses profondes... N'hésitez pas à aller faire un tour sur  :  "Makemydream"

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Vie privée
commenter cet article

commentaires