Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

3 juin 2005 5 03 /06 /juin /2005 21:46

FUNMILAYO

 ou

 « Le Don des Dieux »

 

  

Première partie : le temps des larmes et de la pluie

 

 

 

 

 

 "Funmilayo" ( aquarelle Martine Réau-Gensollen)

 

 

 

Nichée au creux du grand baobab, Mouremy regarde tomber la pluie. Floc, floc, l’eau tombe à ses pieds dans le miroir où se reflète, très haut, au-dessus d’elle, le ciel chargé de lourds nuages gris. Floc, floc, la petite musique de l’eau voudrait entrer dans sa tête et l’entraîner dans l’un de ces rythmes fous qui serait né, sans effort, n’importe quel autre jour qu’aujourd’hui. Mais le tam-tam de son coeur couvre toutes ces musiques à naître et le sang cogne à ses oreilles sur un rythme cruel.

 

 

Floc, floc, les gouttes d’eau tombent jusqu’au fond de son âme aussi sombre que ce jour qui s’annonce sans soleil. Mouremy ferme les yeux et tente de faire revenir le calme dans son esprit. De ses deux mains appuyées sur ses paupières, elle essaie d’effacer les images dont elle redoute déjà de devoir vivre avec. Moumi, ma mère…. Elle sent la pluie noyer son âme et l’eau déborder de ses yeux. Moumi… Elle a pourtant prié les Dieux et invoqué les Ancêtres :

 

-         Mojuba Olofin, Maître du Palais, Mojuba Olorun, Maître du ciel, Mojuba Olodumare, Maître de la vaste étendue de l’Univers, Ô Dieu des Dieux , je suis ton enfant et je te vénère….  

-          Baba de Mojuba, Yéyé de Mojuba, ô père de nos père, ô mère de nos mères vous avez déjà rappelé mon père, laissez moi encore un peu ma mère. Je n’ai que 10 ans, elle a encore tant à m’apprendre.

 

 

Délicatement Mouremy dispose les offrandes sur le shrine qu’elle a préparé au creux du Baobab :

 

-         au nom d’Ochun, toi ma protectrice, toi dont la prière jointe à la mienne parviendra directement aux oreilles du grand Olodumare, toi la plus jeune de toutes les déesses, nos mères, porte ma voix au Père de nos pères, qu’il exauce ma prière,

-         voici le miel, le sucre, et l’alcool de palme, voici les offrandes pour te contenter…. J’attends que tu m’apportes le réconfort après tant de jours et de nuits de veille…. S’il te plaît donne le souffle de vie à ma mère, ne l’abandonne pas.

  

Mouremy laisse le vent emporter sa prière, laisse la pluie mouiller son visage et effacer la fatigue de ses nuits sans sommeil et regarde au loin le village d’Alasia qui s’éveille…Le ciel s’éclaire à l’Est, Mouremy se lève et rejoint le sentier qui descend au village. Elle a si souvent mis ses pas dans les pas des ancêtres qu’elle pourrait, les yeux fermés, se diriger sans hésitation du centre du village à la forêt sacrée d’Oshogbo et de la forêt à la case qu’elle occupe avec sa mère près de la rivière Oshun. Il ne lui faut que quelques minutes pour retrouver le foyer encore chaud qu’elle a quitté alors que la nuit durait encore. Dans la case tout est calme, elle s’approche de la couche où repose sa Mère et pose doucement sa main fraîche sur son front. Sa peau est tiède et ses traits sont détendus… elle semble assoupie…. Mouremy reste assise sur le sol, tout près d’elle, lui prend la main, ferme les yeux et trouve enfin le sommeil qui lui a échappé depuis si longtemps….

C’est peut-être le froid qui la réveille. Dehors il pleut toujours. Le feu dans l’âtre s’est  éteint, mais surtout la main qu’elle tient encore dans la sienne est glacée… Mouremy comprend dans l’instant qu’elle est seule maintenant. Un long cri de désespoir sort de son cœur et informe le village tout entier que l’esprit de Yéyé Moumi s’est envolé, que l’orisha Elemi, propriétaire du soufle, a repris son offrande, que Mouremy n’a plus ni père, ni mère…

La pluie peut continuer de tomber, les cieux peuvent pleurer aussi toutes les larmes de l’Univers, la tristesse de Mouremy est un puits sans fond que toute cette eau de pluie ne parviendra jamais à faire déborder. Elle va revêtir les habits de deuil... les femmes du village vont venir parer Yéyé Moumi pour son dernier voyage, le conseil des anciens va se réunir pour décider du sort de Mouremy… mais qu’importe maintenant ce qu’il adviendra d’elle…. Mouremy s’abandonne à sa peine….

 

(Lire la suite...)

------------------------------------------------------------------------

"Dieu sait que nous n'avons jamais à rougir de nos larmes, car elles sont comme une pluie sur la poussière aveuglante de la terre qui recouvre nos coeurs endurcis."

Charles Dickens "les grandes espérances"

Partager cet article

Repost 0

commentaires