Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 17:20

Le 37ème jour : Lundi 22 Mai Hospital de Orbigo/Astorga

 
Je me suis réveillée de bonne heure et de bonne humeur. Mon sac est déjà prêt. « Pero me approvecho el tiempo » (mais je prends mon temps). Je déjeune tranquillement tout en regardant Fernand préparer son « matériel ». Il n’a pas de sac à dos, il réunit ses quelques rares affaires dans un sac en plastique qu’il roule en boudin dans une couverture SNCF. Il enveloppe le tout dans une petite bâche à remorque qui doit lui servir de poncho quand il pleut. Puis il sangle son bagage avec une ceinture de cuir assez longue dans laquelle il passe la tête puis un bras pour pouvoir porter son fardeau sur le dos, en diagonale. Le bagage est léger, mais le fardeau est lourd. En le voyant partir, j’ai le cœur qui se serre…
 
Mariluz et Juan me retiennent quelques minutes, pour me remercier d’avoir joué les hospitalières hier et pour me donner leurs coordonnées postales. Nous découvrons juste, alors que je suis sur le départ, que nous aurions pu nous rencontrer il y a quelques années au Nigéria. Ils y ont vécu 7 ans, moi 3 … et nous vivions dans la même rue « Ojo Olubun Close » sur Victoria Island… nous nous promettons de nous revoir.
 
En franchissant, à 9 h 00, le seuil du refuge je me dis que Fernand n’est sans doute pas très loin et j’accélère le pas. Le ciel est nuageux mais s’éclaircit à l’Ouest. Je prie pour mes pieds et ça marche, je ne ressens aucune douleur, aucune ampoule, aucun bobo. Super ! Dès la sortie du village le paysage change. Canaux d’irrigation, cultures maraîchères, je ne suis plus dans le Paramo et à l’horizon se détachent maintenant la silhouette de montagnes encore lointaines mais que je sais devoir gravir bientôt.
 
A Villares de Orbigo, village de maraîchers, on rince les poireaux dans le canal avant de les transporter sur les marchés locaux mais aussi vers de lointaines destinations.
A Santibanez de Valdeiglesias, pas un chat dans les rues, enfin, si… deux. Je suis partie depuis plus d’une heure et pas l’ombre d’un Fernand à l’horizon. Juste avant Villares il y avait une autre option possible, il a dû prendre l’autre route. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai de la peine… une citation de Saint-Ex dans le Petit Prince tourne en boucle dans ma tête : « on devient responsable pour toujours de ce que l’on a apprivoisé ». Je m’en veux de l’avoir laissé partir sans une parole de réconfort, ou même une accolade, ou même un grand sourire ou tout simplement une chaude poignée de main.
 
Dès la sortie de Santibanez la beauté du paysage me saute à la gorge. J’entre dans une magnifique forêt, je marche d’abord sur un lit de sable, puis un sentier de galets et de pierrailles rouges sang au milieu des chênes verts. Je croise des hirondelles qui ont squatté les trous d’une ancienne carrière. Je reste là un quart d’heure à regarder leurs virevoltes, puis je côtoie les grenouilles et le héron indifférent à la cacophonie des batraciens. Je m’extasie devant les champs d’avoine d’un vert bleuté et j’arrive après un peu plus de 3 heures de marche à la Croix de Santo Toribio qui surplombe San Justo de la Vega et au loin, Astorga dont on distingue parfaitement la flèche de sa cathédrale. Il me reste un peu plus de 6 km à parcourir.
 
En redescendant vers San Justo, je m’arrête pour saluer un paysan en train de bêcher au soleil la terre de ses vignes. Je m’enquiers de son raisin et de son vin. Il me répond qu’il produit en petite quantité un « Bierzo » de grande qualité, mais ajoute-t-il, il le fait maintenant par habitude et pour ne pas mourir d’ennui. Severino, c’est son nom, a 70 ans et a perdu sa femme Virginia, il y a quelques temps. Elle est morte d’un cancer du sein à l’âge de 53 ans. Il ne s’en remet pas. Il n’a aimé qu’elle, me dit-il, et je vois ses yeux s’embuer d’un coup.
-         Ah, si tu avais vu, Pèlerine, comme elle était belle quand je l’emmenais à mon bras, le soir au « Paséo ». Sans elle je ne veux plus y retourner, alors je m’occupe de ma vigne, sinon elle va mourir aussi …
-        
-         Mais dis-moi « guapa » (ma jolie ), tu chemines seule ?
-         Oui, mais St Jacques est un bon gardien, il ne peut rien m’arriver. Et puis j’ai quand même fait près de 700 km toute seule et je n’ai pas eu de problèmes.
-         Oh Pèlerine, le Cebreiro ça n’est pas rien. Tu es bien sûre de vouloir le franchir sans quelqu’un pour te protéger ?
-         Eh oui, je préfère marcher seule…
-         Mmmm, prends garde à toi quand même… Tu as le temps ? Je finis ce petit carré et je t’accompagne sur un bout de chemin…
 
J’attends donc Severino et puis nous redescendons vers le village, bras dessus-bras dessous, et j’apprendrais bien d’autres choses encore. Après un petit quart d’heure de marche tranquille il me montre sa maison et me propose un verre de son Bierzo. J’accepte avec plaisir et pas seulement pour lui faire plaisir… Nous nous quittons sur une dernière recommandation de Severino :
 
-         Prends garde à toi Pèlerine, en Galice il y a des voyous sur le chemin !
-         Rassurez-vous Severino, j’ai mon ange gardien qui veille en permanence !
-         Adios Peregrina … Buen Camino !
-         Adios Severino !
 
Je me retourne plusieurs fois, sa silhouette sur le pas de sa porte n’a pas bougé, je lève mon bras une dernière fois.
 
Je passe le pont sur le rio Tuerto, puis je longe la nationale, je passe un passage à niveau, puis un second. Tout cela sent l’arrivée vers une grande ville, je hais la traversée des villes ! Alors pour me donner du courage je me mets à chanter à tue-tête. Tout le répertoire du folklore béarnais y passe ! J’entends quelqu’un me héler derrière moi :
 
-         Française ?
-         Oui… Français ?
-         Ben oui !
 
On se regarde, on se reconnaît, et on se met à rire… On ne s’était pas revus depuis 20 ans, on se connaît depuis 30 ans ! Jean-Claude A. et moi travaillions dans la même entreprise (en Béarn) à l’époque. On rit beaucoup de ces retrouvailles, on se raconte un peu tout en marchant vers Astorga et j’arrive sans m’en apercevoir devant l’Albergue. Nous nous disons « au revoir, à dans 20 ans » car Jean-Claude a choisit de passer la nuit dans le gîte suivant…
 
Je retrouve au refuge les 3 Françaises de St Gaudens dont c’est le dernier jour. Elles terminent là le 3ème volet annuel de leur pèlerinage qu’elles termineront l’année prochaine en repartant d’Astorga. Nous décidons d’aller ensemble déguster le fameux « Cocido Maragato » spécialité gastronomique du pays « Maragate ».
Le lundi tous les commerces sont fermés, y compris le palais épiscopal conçu par l’Architecte Gaudi, que j’espérais visiter… Mais après une bonne heure de déambulation qui nous fera malgré nous visiter la ville, nous trouvons le « bon restaurant » qui nous permettra de découvrir ce plat « somptueux ». Il consiste en 8 ragoûts de viandes différentes et de légumes, mijotés des heures durant dans des casseroles de cuivre, et servis séparément. Le repas se termine par…. le bouillon ! Le tout arrosé d’un « bierzo » tout aussi goûteux !
 
Heureusement, le refuge ne ferme ses portes qu’à 23 heures… nous y arrivons de justesse, le ventre un peu tendu par l’excès (lent) repas…

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires

victoria masson 22/10/2012 17:36


bonjour,  martine bravo,,,,pour votre parcours st jacques de compotelle.     je suisla niece de SEVERINO que vous aveza rencontrer dans les vignes a san justo de la
vega  .ils est toujours en vie  et  me parle souvent des rencotre avec les pelerins et ce souvient tres bien de vous; moi meme je fais el camino depuis deux ans quelque joursen
ete .     merci de me repondre

mahina 08/05/2006 18:41

2 étapes avec toi ce soir. Il y a 2 jours, j'ai regardé un documentaire à la télé sur le Camino mais je préfères ton chemin, un peu solitaire mais plein de rencontres et quelles rencontres, que certains que l'on voyait en groupe... mais à chacun son Chemin surement...

valentine 02/02/2006 22:42

Hélas, oui, en fait, tu n'est pas servie par la chance, car contrairement aux heureux qui roulent en voiture, tu ne trouves jamais les musées ouverts au moment où tu passes.Je suis surprise par l'expression "goûteux" : je croyais que ça ne se disait que dans le Nord, et tu es du Sud ? !

Martine Réau-Gensollen 03/02/2006 14:38

Ben oui je suis du Sud..., mais mon vocabulaire sait glâner un peu de tout partout pour s'enrichir... mais je crois bien que ma mère employait souvent ce mot là. Goûteux... qui a du goût... je trouve ça plus parlant que délicieux ou bon... non ?Quant aux musées ils se trouvent toujours dans les grandes villes et quand on marche sur le chemin on n'a qu'une idée : s'éloigner des grandes villes le plus vite possible ! amitiés (merci de tes nombreux commentaires Valentine !) bisous, Martine

valentine 02/02/2006 22:40

On reste le souffle soupé devant tant de marche incessante... Ajouter le tourisme à l'effort physique, ouf !

Martine Réau-Gensollen 03/02/2006 14:40

Je crois que passé les 3 premières semaines, la marche devient une sorte de drogue nécessaire... on a oublié qu'avant on ne marchait pas... j'ai vraiment eu l'impression, après un certain temps, d'avoir toujours été sur un chemin, à marcher, marcher, marcher... et tu sais, aujourd'hui il m'arrive encore d'en rêver et de marcher dans ma tête... bises, Martine

Jean François 02/02/2006 19:13

Toutes ces retrouvailles, ces clins d'oeil du hasard, tu crois que ce ne sont que des coïncidences ? Ou y at-il un dessein et si oui , lequel, et pourquoi ? Heu...je n'embête personne avec mes questions, j'espère.....Amicalement, J F

Martine Réau-Gensollen 03/02/2006 14:44

Non, JF, tu n'embêtes personne parce que ta question est tout à fait pertinente ! Oui c'est vrai on pourrait se demander si "tout ça" ne correspond pas à quelque chose d'inscrit et qu'il faudrait savoir décoder.... J'ai trouvé des réponses partielles, ... et je suis sûre que les années qui viennent sauront rajouter encore quelques éléments tangibles à mes interrogations... des éléments que j'aurai glânés sur le chemin...
amitiés à toi, bises, Martine