Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • Campo Stellae (Le champ des Etoiles)
  • : Je suis Pèlerine et Citoyenne d'un monde que je parcours en tous sens depuis des années. Par mes récits, croquis ou aquarelles, fictions, photos, carnets de voyages, je laisse ici quelques traces des mondes réels ou imaginaires que je traverse...
  • Contact

Vers Compostelle

Pour tout savoir sur
le Chemin de COMPOSTELLE,
cliquez sur le bouton :

 

 



pour suivre mon cheminement,
par le "CAMINO FRANCES" 
jour après jour,
choisissez les étapes
dans la liste ci-dessous :

Le 1er jour :
Monfort/Habas
Le 2ème jour :
Habas/Sauveterre
Le 3ème jour :
Sauveterre/ Saint-Palais
Le 4ème jour :
Saint-Palais/Ostabat
Le 5ème jour :
Ostabat
Le 6ème jour :
Ostabat/Bussunarits
Le 7ème jour :
Bussunarits/St-J-Pied-de-Port
Le 8ème jour :
St-Jean-Pied-de-Port/Hunto
Le 9ème jour :
Hunto/Roncevaux
Le10ème :
Roncesvalles/Viscaret
Le 11ème jour :
Viscaret/Zubiri
Le 12ème jour :
Zubiri/Pamplona
Le 13ème jour :
Pamplona/Uterga
Le 14ème jour :
Uterga/Lorca
Le 15ème jour :
Lorca/Estella
Le 16ème jour :
Estella/Villamayor
Le 17ème jour :
Villamayor/Los Arcos
Le 18ème jour :
Los Arcos/Viana
Le 19ème jour :
Viana/Navarrete
Le 20ème jour :
Navarrete/Najera
Le 21ème jour :
Najera/Santo Domingo
Le 22ème jour :
Santo Domingo/Belorado
Le 23ème jour :
Belorado/S-Juan-de-Ortega
Le 24ème jour :
S-Juan-de-Ortega/Burgos
Le 25ème jour :
Burgos/Hornillos
Le 26ème jour :
Hornillos/Castrojeriz
Le 27ème jour :
Castrojeriz/Boadilla
Le 28ème jour :
Boadilla/Carrion
Le 29ème jour :
Carrion/Calzadilla de la C.
Le 30ème jour :
Calzadilla/Sahagun
Le 31ème jour :
Sahagun/Calzadilla de los H.
Le 32ème jour :
Calzadilla/Mansillas
Le 33ème jour :
Mansillas/Leon
Le 34ème jour :
Leon/Villar de Mazarife
Le 35ème jour :
Villar de M./Hospital de Orbigo
Le 36ème jour :
Hospital de Orbigo
Le 37ème jour :
Hospital de Orbigo/Astorga
Le 38ème jour :
Astorga/Rabanal
Le 39ème jour :
Rabanal/Riego de Ambros
Le 40ème jour :
Riego/Cacabellos
Le 41ème jour :
Cacabellos/Vega de Valcarce
Le 42ème jour :
Vega/Hospital da Condesa
Le 43ème jour :
Hospital da Condesa/Triacastela
Le 44ème jour :
Triacastela/Sarria
Le 45ème jour :
Sarria/Portomarin
Le 46ème jour :
Portomarin/Palas de Rei
Le 47ème jour :
Palas de Rei/Ribadiso de Baixa
Le 48ème jour :
Ribadiso de Baixa/Santa Irene
Le 49ème jour :
Santa Irene/Santiago
Le 49ème jour (suite) :
Santiago de Compostelle
Le 50ème jour :
SANTIAGO DE COMPOSTELLA
Le 51ème jour :
Santiago/Negrera
Le 52ème jour :
Negrera/Olveiroa
Le 53ème jour :
Olveiroa/Finisterra

 

Et vous ?? d'où venez-vous ??

 

Locations of visitors to this page

 
Vers Compostelle
par la voie d'Arles
 

(récit à venir...) 

Vers Compostelle
par le "CAMINO DEL NORTE"

 (récit à venir...)  


Découvrez Dominique Bouvier!

Recherche

Les Mousquetaires de l'Art

Archives

19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 17:06

Le 35ème jour : samedi 20 Mai Villar de Mazarife/Hospital de Orbigo
 

Toute la nuit j’ai regardé les étoiles, jusqu’à ce qu’elles s’éteignent, une à une, et que le ciel s’éclaircisse… mais le matin frileux me surprend alors que je m’endors enfin. L’humidité de l’aube m’oblige à me lever avec les autres. Cette nuit sans sommeil ne m’a pas permis de récupérer comme les autres jours et j’ai l’impression que chacun de mes membres pèse une tonne. Je me fais un café. Je me bouge avec lenteur, sans conviction…
 
Et puis finalement je pars. J’ai confié à Karine qui rentre en France par le bus un petit kilo de trop pour alléger mon sac. Je me déleste de mon matériel de peinture, mes tubes d’aquarelles, mes blocs de dessin. Elle les donnera à mon fils Brice, ce soir, à Socoa… Marrant de penser que je marche depuis 35 jours et qu’il suffirait d’une ou deux journées de bus pour que je rentre chez moi…
 
Je suis assez confiante, cette étape sera plus courte que les précédentes. Je ne devrais avoir aucun mal à faire ces 15 km jusqu’à Hospital de Orbigo. Le seul doute que j’ai c’est qu’il faut marcher sur le bitume pendant une dizaine de km. C’est mortel pour les mollets mais surtout pour les pieds… Est-ce que je tiendrai le coup ? Je longe une petite route de campagne, bordée par des champs de coquelicots. Le ciel est bleu, le soleil brille… tout va bien.
 
Après 10 km d’asphalte avalés tant bien que mal puis une petite échappée sur chemins de terre… j’arrive à Villavante. Le village et ses abords sont très animés, partout des tracteurs, des engins agricoles en pleine activité… Mais encore une fois la fatigue est la plus forte. J’ai le plus grand mal à faire les 5 derniers km et je vois enfin le pont d’Hospital de Orbigo comme une délivrance…
 
Lorsque j’entre à l’Albergue paroquial, 32 calle Alvarez de la Vega, mon désarroi est grand, je suis épuisée… mais l’accueil des hospitaliers, Mariluz et Juan, est d’une douceur infinie. Mariluz me parle affectueusement, en me tenant la main et ses douces paroles, le bon sens évident de ses conseils, me convainquent de rester, enfin, le temps d’évacuer cette fatigue qui me porte trop souvent au bord des larmes. Je prends une douche, je grignote un brin et je m’écroule toute habillée sur le lit. Je tombe dans un sommeil aussi profond qu’un gouffre, jusqu’à 6 heures du soir. Mariluz vient me voir plusieurs fois dans mon sommeil, sans me réveiller… Il y a des aller-venues toute l’après-midi dans le dortoir, mais je n’entends rien… Je suis loin… Je plane…
 
Lorsque je me réveille enfin, Mariluz éclate de rire en me voyant, tel un zombie, jeter des regards inquiets autour de moi sans plus savoir où je suis.
Je découvre le patio de l’Albergue, où, pour donner de l’espace à cette cour intérieure, on a peint un magnifique trompe-l’œil sur la totalité d’un mur. C’est magnifique. De nombreuses plantes vertes donnent à l’endroit un petit air de jungle sympathique, et puis un grand jardin-fouilli occupe tout l’arrière de cette superbe maison récemment restaurée et aménagée en refuge de pèlerins. Le soir descend et je reprends vie. Je vais faire quelques emplettes car demain dimanche, l’épicerie sera fermée. Je me prépare un repas royal, une salade, une côte de veau et une petite crème à la vanille… Tout en dégustant ce festin je me rends compte qu’un pèlerin me regarde fixement, et détourne les yeux quand je croise son regard. Je l’ai rencontré à l’épicerie, il achetait « une » boite de sardines. Je lui demande s’il a déjà dîné. Il me répond qu’il ne mange qu’un jour sur deux, pour économiser. Je le regarde mieux, il a dû arriver dans l’après-midi lorsque je dormais. Je ne sais pas lui donner d’âge (30 ? 40 ? ou plus ?). Sa mise est rudimentaire, un pantalon (qui ne sort pas de Décatlon avec des zips partout) en toile marine bien défraîchi, un pull dont les coudes sont presque transparents et qui accuse de nombreuses années d’usage, sa coupe date aussi et sa barbe n’a pas été taillée d’hier. Mais ses yeux sont doux. J’ai honte tout à coup devant ma côte de veau énorme, à peine entamée. Je lui en propose une moitié en disant que j’ai eu les yeux plus grands que le ventre et qu’il me rendrait service en m’aidant à la finir. Il accepte avec « ferveur » et à le voir engloutir sa part, je me demande de quand date son dernier repas. Nous parlons un peu, mais Fernand est discret, comme « empêché » par une extrême timidité. Je lui demande d’où il vient, il sourit mais ne me répond pas. Je n’insiste pas et pour rompre la gêne qui vient de s’installer je lui dit que je viens du sud-ouest et j’ ai l’impression qu’en citant certaines villes de France où je suis passée son œil brille un peu plus. Notamment quand je cite Sauveterre de Béarn. Comme si ce mot était un sésame, il lache tout d’un coup : « oui je connais bien, j’y ai gardé des cochons, dans une ferme » et il ponctue sa tirade d’un rire sonore et étrange. Son élocution est un peu bizarre, avec des graves et des aigus, et lorsqu’il rit on dirait qu’il force le ton comme quelqu’un qui, justement, n’aurait pas appris à rire… HA !… HA !… HA !… sur trois notes décroissantes… Fernand me plaît bien, il y a quelque chose en lui qui me touche énormément. Et puis le silence retombe et je le vois perdu dans ses pensées, on dirait qu’il a déjà oublié que je suis là…
 
Je m’éloigne vers les dortoirs, il n’est que 21 h, le refuge est plein mais la chambre où je me suis installée n’a qu’une dizaine de lits et bénéficie d’une certaine intimité, de plus ce soir, il n’y a que des pèlerines… c’est de bon augure pour une nuit sans ronflements !

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Réau-Gensollen - dans Compostelle
commenter cet article

commentaires

mahina 28/04/2006 13:30

Me voilà à la fin de ta 35è étape, j'avance doucement... et pourtant, je n'ai pas mal aux pieds... Sourire... As-tu ouvert ton gite?

Jean François 13/04/2006 22:23

Trouvé une journée où personne n'avait laissé de traces....il peut y en avoir d'autres.....Bien agréable de te relire de temps en temps....Courage, Martine ! Bises, J F

Martine Réau-Gensollen 16/04/2006 11:55

Il y avait bien des commentaires avant le crash de janvier... il y avait des commentaires sur tous mes articles mais ils ont disparu dans la "tempête".... Alors merci de rajouter le tien... Je me souviens si bien de cette journée vers Hospital de Orbigo : c'était une étape très courte, j'étais au bout du rouleau, j'y suis arrivée hagarde... mais après une journée de repos j'étais toute neuve : surtout grâce à l'accueil des hospitaliers, c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle je souhaite ouvrir un gîte de pèlerins dans les Landes... L'échange qui se produit dans ces lieux de récupération est intense... J'ai envie de revivre ça... Pour le chantier dans les Landes je vais te répondre directement par mail.
Bises, Martine